Accueil / Entreprise /

Covid-19 : Les créances inter-entreprises en question

, par Stratégies Logistique

Le ministère de l’économie et la Banque de France ont mis en place un comité de crise sur la question du crédit inter-entreprises pour « désamorcer une tendance à la cessation ou au retard de paiement » et appeler à la solidarité nationale.

Ce comité mettra autour de la table le médiateur des entreprises, celui du crédit, ainsi que plusieurs organisations patronales et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) du ministère de l’Economie.

Le problème, ce sont les factures inter-entreprises, qui mettent en péril certaines sociétés, souvent les plus petites ou les plus fragiles. En effet, soucieux de garder un maximum de liquidités, des grands groupes tirent sur leurs lignes de crédit, rapportent Les Echos. Le crédit interentreprises représente un enjeu de 700 milliards d’euros.

Des moyens mobilisés

Reste à savoir si ces allongements de paiement résultent d’un mécanisme de peur ou tout simplement parce que les services de validation des paiements sont immobilisés. Et ce, même si les lignes de crédit sont disponibles au sein des banques françaises et que la Banque centrale européenne fournira toutes les liquidités nécessaires.

Les PME peuvent également mobiliser des ressources pour préserver leur trésorerie : la BPI garantit jusqu’à 90 % des crédits de trésorerie via les banques, l’Etat a débloqué 300 milliards d’euros pour que les PME accèdent à un financement représentant jusqu’à 25 % de leur chiffre d’affaires.

Comité de suivi

Le Comité de suivi des délais de paiements possède trois niveaux d’intervention, détaille Pierre Pelouzet, médiateur des entreprises au quotidien régional Ouest France. « Dans un premier temps, nous contactons les parties prenantes pour comprendre le blocage. L’appel à la solidarité nationale suffit souvent à déclencher le paiement. Des entreprises comme Carrefour, Jouve ou Iliad montrent aussi l’exemple. »

Le groupe Iliad (Free) s’est en effet engagé à payer immédiatement les factures auprès des TPE et PME en cours sans attendre le délai de 45 jours fin de mois. « Cela concerne plus de 5000 factures pour plus de 700 fournisseurs, soit un montant total d’environ 50M€ », souligne le communiqué.

Paiement immédiat

Le groupe Loréal a par exemple gelé l’ensemble des créances auprès des salons de coiffure et petites parfumeries jusqu’au redémarrage de l’activité, tout en raccourcissant les délais de paiement en systématisant le règlement comptant. Au 3e jour de confinement, Dominique Schelcher, président de Système U annonçait sur Twitter le paiement comptant des factures pour ses fournisseurs TPE et PME françaises (moins de 50 millions d’euros de CA). Pour faciliter la gestion de trésorerie de ses partenaires et en particulier les agriculteurs et transporteurs, Nestlé France accélère le règlement des fournisseurs les plus affectés et étend les délais de paiement pour les clients les plus durement impactés.

« Le deuxième niveau d’intervention du comité de suivi des délais de paiements est le Name and shame : rendre public le nom des grands groupes qui n’exécutent pas. Très efficace », poursuit Pierre Pelouzet. « Enfin, Bruno Le Maire a annoncé, ce mardi, que des garanties bancaires pourraient ne pas être délivrées pour des sociétés qui ne payent pas leurs fournisseurs. Pendant la crise, le paiement immédiat doit devenir la norme. » Beaucoup d’organisations patronales, comme le MEDEF, appellent à la solidarité inter-entreprises.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 185 - octobre / novembre 2020

Stratégies Logistique n°185 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.