Accueil / Transport /

Les chargeurs notent sévèrement l’offre de fret maritime

, par Erick Demangeon

Réalisé par Eurogroup Consulting avec l’AUTF, le premier baromètre consacré à la perception des chargeurs sur l’offre maritime conteneurisée et les ports a été présenté lors du Maritime Day du Digital SITL le 25 juin. Les attentes largement influencées par les grèves portuaires et la Covid ciblent les coûts, les transit-times et la qualité de service.

La résilience des chaînes d’approvisionnement domestiques pendant la crise sanitaire du Covid-19 contraste avec les fragilités apparues à l’international. Plus de 90 % des chargeurs sondés par Eurogroup Consulting et l’AUTF dans le premier baromètre sur le transport maritime conteneurisé et les ports déclarent que la pandémie les a impactés. Lors du confinement, 77 % estiment que la qualité de service des armements s’est dégradée. Cette baisse de qualité a été ressentie aussi dans les ports pour 62 % d’entre eux et dans les pré- et post-acheminements pour 64 %.
Pour tenter d’y remédier, 23 % ont utilisé d’autres compagnies maritimes, 38 % d’autres ports et 33 % ont changé de transporteur et/ou de mode pour leurs pré et post acheminements. Ces décisions pourraient s’avérer durables puisque 27 % envisagent de modifier leurs sourcing en termes de compagnie, de port et/ou de pré et post acheminement dans leur stratégie post-Covid.

Attentes « basiques »

Collectées auprès d’une cinquantaine d’industriels issus des filières agroalimentaires et chimie en majorité ainsi que de distributeurs, ces réponses s’appuient sur une double consultation : l’une menée à la sortie du confinement, l’autre de janvier à février 2020 au lendemain du conflit social lié au projet de réforme des retraites qui s’est étendu aux ports maritimes. « Le moment de ces consultations a pu influencer les réponses » reconnaît Jean-Michel Garcia de l’AUTF.

JPEG - 64.2 ko

Dans son volet maritime, CMA CGM, Maersk Line et MSC sont les armements les plus utilisés par le panel dont trois critères principaux guident les achats : les taux de fret (et leur stabilité), les capacités de chargement et les transit-times. Dans ces domaines, des améliorations sont attendues ainsi que dans le suivi et la traçabilité des flux et la disponibilité des conteneurs. Si les chargeurs sondés reconnaissent aux compagnies des progrès en matière de stabilité financière et de développement durable, l’écologie ne figure pas dans leurs critères d’achat.

Dunkerque cité en référence

JPEG - 13 ko

Les parties du baromètre consacrées aux ports placent Anvers comme le premier utilisé par le panel suivi par HAROPA, Marseille-Fos, Rotterdam et Dunkerque. Sans précision de volumes, «  68 % utilise plus de trois ports et 93 % au moins un port français ». Par ordre d’importance, l’offre de services maritimes, les coûts et la fluidité des opérations guident ce choix portuaire. Sur cette base, 67 % du panel est satisfait des places portuaires françaises ; la palme revenant à Dunkerque loué pour sa qualité de service et sa fiabilité par rapport à HAROPA et Marseille-Fos dont les grèves de décembre et de janvier sont encore dans les esprits. Sans surprise, les axes de progrès portuaires se concentrent sur « la fluidité du passage des marchandises, l’accueil des navires, le traitement du fret et la transparence des coûts ». Une nouvelle fois, les critères liés au développement durable sont jugés comme moins prioritaires.

JPEG - 18.4 ko

En matière de pré et post acheminements, 63 % du panel privilégie la route devant le combiné avec maillon ferroviaire ou fluvial (29 %) puis la voie d’eau (6 %). Les chargeurs sondés expriment à 44 % un intérêt pour le report modal : 26 % en faveur du rail, 18 % pour le fluvial. Les critères de choix cités pour les pré et post acheminements portuaires sont « le coût, le transit-time et la disponibilité des infrastructures ».

Prescripteurs

Le baromètre précise enfin plusieurs comportements privilégiés par les chargeurs interrogés. Ayant à 88 % leur direction achats transport en France, ils utilisent six incoterms en priorité : FOB et CFR à l’import, FCA, CFR, CIP et CIF à l’export. Autre enseignement : le conteneur Dry est le plus courant. Qu’un commissionnaire intervienne (73 % du panel sondé) ou non, la majorité des chargeurs déclare choisir ou prescrire l’armement et le port. Pour les pré et post acheminements, le choix du transporteur et du mode est laissé davantage aux commissionnaires.


Voir en ligne : Baromètre de perception des chargeurs sur le transport maritime

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 185 - octobre/novembre 2020

Stratégies Logistique n°185 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.