Accueil / Transport /

Brittany Ferries, nouvel entrant sur le marché rail-route

, par Erick Demangeon

En synergie avec son réseau maritime reliant la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande et l’Espagne, Brittany Ferries ajoute une nouvelle corde à son arc en devenant opérateur combiné rail-route. Avec Ports de Normandie, la compagnie annonce le lancement d’un service de ferroutage entre Cherbourg et Mouguerre près de Bayonne en 2021.

Depuis quelques années, les compagnies de ferries se renforcent sur terre par des services ferroviaires qui alimentent les ports où ils positionnent leurs lignes maritimes. DFDS et P&O Ferries témoignent de cette évolution à l’origine d’offres multimodales « route-fer-mer ». C’est sur ce schéma que l’armement breton Brittany Ferries a annoncé le 12 février sa diversification dans le combiné rail-route. Cette initiative est menée avec le concours de Ports de Normandie, gestionnaire du port de Cherbourg qui, de son côté, ambitionne de renforcer son poids avec l’Angleterre et surtout l’Irlande. Programmée fin 2020, la sortie du Royaume-Uni du marché commun pose en effet la question des futurs schémas logistiques entre l’Union européenne et l’Irlande. Desservi par Irish Ferries et Stena Lines, Cherbourg est déjà le premier port français par ses échanges de fret avec l’Irlande tandis que les lignes de Brittany Ferries le relient à l’Angleterre et, prochainement, à la Péninsule ibérique.

Technologie Lohr

Pour ses premiers pas dans le rail-route Brittany Ferries annonce le lancement d’une ligne entre Cherbourg et Mouguerre près de Bayonne au printemps 2021. Sur la base d’une rotation quotidienne 7j/7 en saut de nuit, le futur service pourra transporter jusqu’à 44 remorques par sens. Ciblant des flux non accompagnés, ses trains seront de 750 m de long et composés de 22 wagons à plateformes pivotantes Lohr. « Plus chers à l’achat, ces wagons acceptent tous les types de remorques routières, des caisses mobiles et conteneurs sans investissements lourds sur le réseau ferré » explique Jean-Marc Roué, président de l’armement breton. Une cinquantaine de ces matériels éligibles aux certificats d’économie d’énergie sera exploitée. Objet d’une négociation avec Lohr, leurs modalités d’acquisition (ou de location) sont étroitement liées à l’appel d’offre lancé par la compagnie pour choisir le tractionnaire ferroviaire du service.

JPEG - 191.6 ko
Hervé Morin, président de la région Normandie et de Ports de Normandie, et Jean-Marc Roué président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries
® BAI - Albert Pennec

Aménagement de deux terminaux

Pour mener ce projet, Brittany Ferries a obtenu le statut de « candidat autorisé ». A ce titre, il assurera l’achat des sillons auprès de SNCF Réseau et supportera le risque financier du service. Bien que proposant une capacité de 25 000 unités de transport intermodales (UTI) par an, sa montée en charge sera progressive ; Jean-Marc Roué anticipant une perte d’exploitation sur les trois premiers exercices.
A chaque extrémité de la liaison, des terminaux seront aménagés à Cherbourg et à Mouguerre. Ils seront équipés de parkings, d’au moins une voie de 750 m de long et de systèmes de chargement/déchargement pivotants. A Cherbourg, un appel à manifestation d’intérêt lancé par Ports de Normandie a sélectionné Brittany Ferries comme opérateur du chantier. Sa gestion sera déléguée à un acteur spécialisé dont le choix est, là encore, étroitement lié à l’appel d’offre en cours pour sélectionner le futur tractionnaire. Le coût du terminal cherbourgeois déjà embranché fer s’élève à 7 M€. Sur ce montant, 5,6 M€ sont financés « par la région Normandie (60 %), le département de la Manche (30 %) et la Communauté d’agglomération du Cotentin (10 %) », précise Hervé Morin président de la région Normandie et de Ports de Normandie. « L’Europe soutient le projet à hauteur de 1,4 M€ dans le cadre du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe » ajoute le président de la région Normandie et de Ports de Normandie. A proximité des passerelles roulières du port du Cotentin, les correspondances avec les services maritimes seront optimisées dès son ouverture prévue en avril 2021.

SNCF Réseau partenaire

Situé sur le centre européen de fret de Bayonne-Mouguerre-Lahonce, localisation retenue pour sa proximité avec l’ouest de la Péninsule ibérique, le terminal de Mouguerre représente un investissement de 17 M€. Ce coût plus important est justifié par la réalisation de surfaces de stationnement qui existent déjà à Cherbourg. Avec une ouverture annoncée au printemps 2021, son financement est assuré par Brittany Ferries qui a sollicité le soutien des collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine.
SNCF Réseau est un autre partenaire du projet. Le gestionnaire d’infrastructures ferroviaires s’engage à mener 8 M€ de travaux sur le trajet emprunté par la ligne. Ces chantiers sont financés par l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) pour 25 % et des Contrats de plan Etat-Régions (CPER) pour 75 %.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 181 - février/ mars 2020

Stratégies Logistique n°181 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.