Accueil / Environnement /

France Relance : quelles mesures vertes pour la logistique ?

, par Sylvain Chanourdie

Le plan France Relance présenté le 3 septembre fait de la transition écologique un objectif majeur. Ses mesures visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le développement de technologies vertes s’adressent en premier lieu aux modes de transport alternatifs au TRM, et indirectement à certaines activités logistiques. Première lecture des mesures, en attendant le détail de leur mise en œuvre.

Décliné en trois volets, écologie, compétitivité et cohésion, le plan de relance de 100 milliards d’euros sur deux ans met le paquet sur le verdissement de l’économie à moyen et long terme. 30 mesures sur les 70 prévues par « France Relance » concernent l’écologie pour une enveloppe de 30 milliards d’euros. L’ambition est que la France devienne « une économie neutre en carbone en 2050 ». Cette conversion verte imprègne aussi les deux autres volets du plan, portant notamment sur l’allègement des impôts (20% du plan), le soutien de l’investissement, de l’emploi et de la formation.
Si les logisticiens, transporteurs et leur clients chargeurs bénéficieront des mesures de compétitivité et d’emploi au même titre que les autres entreprises, le volet écologie du plan cible particulièrement les transports, à hauteur de 11 milliards.

Priorité au fret ferroviaire

4,7 milliards sont consacrés au secteur ferroviaire dont 2,3 milliards pour la modernisation du réseau. S’agissant du transport de marchandises, l’accent est mis sur les modes alternatifs au routier et en premier lieu le fret ferroviaire. Dès juillet, le Premier ministre avait annoncé un plan de reconquête du fret ferroviaire, devenu un « sujet central » de la politique de transition écologique du gouvernement. Reprenant les préconisations de l’alliance 4F (Fret ferroviaire français du futur) qui regroupe les acteurs du fret ferroviaire, le gouvernement entend ainsi doubler la part de marché de ce mode d’ici 2030, tombée à 9 % aujourd’hui.
Les premières mesures d’urgence avait été annoncées en juillet : 122 millions d’euros ont été alloués à la gratuité des péages ferroviaires jusqu’en décembre 2020 puis une réduction de 50% en 2021.
Le plan dévoilé hier ne chiffre pas la part dévolue au financement des lignes capillaires, jugées indispensables pour accéder aux lieux de production, ni les aides à la compétitivité de SNCF Réseau par exemple. L’alliance 4F avait estimé que le doublement en 10 ans demande d’investir 11,5 milliards d’euros supplémentaires : avec 4,7 milliards sur deux ans pour l’ensemble du ferroviaire, France Relance semble loin du compte. Interrogé par le Parisien jeudi, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari attend des moyens au niveau européen, « notamment pour financer le renouvellement du matériel ».

JPEG - 37.4 ko
Le Premier ministre a présenté le plan de relance devant la presse jeudi 3 septembre.
® DR

160 projets dans le fluvial

Autre mesure concernant le fret, les travaux d’infrastructures de transport se verront octroyer 550 millions d’euros. Le gouvernement annonce des travaux de modernisation du réseau fluvial « afin de faire de la voie d’eau une véritable alternative au transport routier de marchandises ». Dans ce domaine, les moyens supplémentaires devraient permettre « d’anticiper la réalisation d’environ 160 projets par voies navigables de France (VNF) ». Le fret ferroviaire aura à nouveau voix au chapitre, une partie des aides de cette mesure iront à la liaison Lyon – Turin. Les marchés des travaux principaux de percement côté France doivent être signés début 2021, « calendrier propice à une mobilisation du plan de relance pour accélérer les travaux » note le gouvernement.

Verdissement des ports

Le transport maritime est concerné quant à lui, avec les autres modes, par la mesure de « verdissement des ports » doté d’une enveloppe de 200 millions d’euros. Aménagements d’infrastructures fluviales ou ferroviaires pour faciliter le report modal, construction d’entrepôts de stockage à haute qualité environnementale, électrification des quai, création de points d’avitaillement de GNL et d’hydrogène, ce programme d’investissement d’ici à 2022 qualifié de massif doit améliorer la compétitivité des ports français dans le respect de leur environnement. Deux exemples : dès 2020 les accès ferroviaires des ports de Dunkerque et de Marseille seront améliorés et d’ici fin 2022 des bornes électriques à quai seront disponibles sur le port de Marseille pour les porte-conteneurs.

Enfin, le transport routier n’est pas tout à fait oublié : dans le cadre de l’aide à l’achat de véhicules propres, une (petite) partie des 1,9 milliard d’euros prévus ces deux prochaines années devraient aller au financement d’une prime à la conversion et à l’acquisition des véhicules lourds. Pas de quoi satisfaire totalement les acteurs du transport routier en particulier qui attendaient des mesures spécifiques de soutien.

D’autres mesures vertes pour la logistique

Deux autres postes du volet écologie, le développement des énergies et technologies vertes pour 9 milliards d’euros, la rénovation des bâtiments pour 6,7milliards d’euros, devraient bénéficier au transport de marchandises et aux plateformes logistiques, de façon plus diffuse. Sur le long terme, le soutien à la filière hydrogène à hauteur de 7 milliards d’euros d’ici 2030 dont 2 milliards en 2021 et 2022 marque un choix stratégique fort qui pourrait faire pencher la balance face à l’électrique pour certaines motorisations.
La mesure en faveur de l’économie circulaire et des circuits courts, 500 millions, portera aussi sur l’industrialisation de solutions d’emballages réemployables et recyclables, dont un chapitre « développement d’infrastructures logistiques ». On notera enfin 300 millions d’euros recycler les friches urbaines et industrielles et plus généralement le foncier déjà artificialisé, ce qui intéressera certains projets immobiliers logistiques.
Les grandes masses de France Relance étant à présent connues, il reste à en connaître le détail précis de sa mise en œuvre. Le gouvernement insiste sur le suivi rigoureux de son exécution « pour des premiers résultats rapides ». Les instances nationales et locales s’appuieront notamment sur les fédérations professionnelles, qui ne manqueront pas de faire part de leurs doléances. Le plus dur commence…

Le détail des mesures du plan France Relance (PDF) :

PDF - 3.9 Mo

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 184 - septembre 2020

Stratégies Logistique n°184 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.