Accueil / Transport / Livraison /

Des maires contre les dark stores en centre-ville

, par Stratégies Logistique

Les édiles des principales grandes villes de France s’inquiètent d’une éventuelle requalification de ces petits entrepôts en commerces.

Les peurs portent aussi sur la concurrence avec les enseignes indépendantes et la multiplication des nuisances, via des livraisons majoritairement effectuées entre 19 heures et 2 heures du matin. Sur Twitter, la maire de Lille, Martine Aubry, regrette que « le Gouvernement prépare deux textes réglementaires qui légalisent les darkstores tout en les encadrant, malgré nos demandes d’interdiction faites aux ministères ».

La semaine dernière, elle a co-signé une lettre avec les maires de Paris, Montreuil, Bordeaux, Marseille, Lyon, Villeurbanne, Lille, Strasbourg et Besançon demandant à la Première ministre, Elisabeth Borne, de « disposer des moyens juridiques de les réguler » afin de limiter au maximum « les externalités négatives » générées, selon l’AFP. Les dark stores, avec ses bataillons de livreurs et coursiers, se sont en effet multipliés ces dernières années, avec une logistique pas toujours optimisée.

Donner un statut

L’arrêté et le décret, prévus pour cet automne, avaient pour objectif de requalifier ces petits entrepôts en commerces et contourner ainsi la limitation de l’installation de logistique par la plupart des plans locaux d’urbanisme. Interrogé par RTL le 18 août dernier, le ministre de la Ville et du Logement Olivier Klein était d’accord sur le fond : « On ne peut pas accepter aujourd’hui dans nos cœurs de villes ces magasins fermés avec des dizaines de scooters devant qui font du bruit et qui gênent. Mais pour pouvoir légaliser, réglementer, il faut leur donner un statut. »

Le texte pourrait donc « donner la possibilité aux maires d’interdire, ou pas, un dark store dans un quartier. » Le gouvernement a promis de « poursuivre la consultation » avec les différentes parties prenantes, mairies et quick commerçants : ils seront de nouveau consultés afin d’élaborer les deux textes. Le gouvernement avait publié un guide au printemps dernier pour clarifier les règles.

Interrogé par LSA, Paul Lê, PDG du site de vente en ligne La Belle Vie qui a lancé une activité de livraison à domicile, « cela signerait la fin du quick commerce tel qu’on le connaît aujourd’hui, la livraison en 15 minutes ne sera plus une option valable. Cela ne veut pas dire que ces entreprises vont disparaître », estimant que ces start-ups pourront faire preuve d’agilité et faire évoluer leurs modèles.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 197 - octobre/novembre 2022

Stratégies Logistique n°197 est paru.

Hors-série n° 21 - Eco Class Logistics

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Eco Class Logistics, qui se tiendra à Paris le jeudi 8 décembre 2022.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Supplément SIMI 2022

Téléchargez ce supplément spécial immobilier publié à l’occasion du salon SIMI 2022, organisé à Paris du 6 au 8 décembre 2022.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.