Accueil / L’invité /

« La logistique multicanal du groupe se met en place… »

, par Gilles Solard

A l’occasion de la sortie d’un dossier consacré à la grande distribution (S.L. n°134), nous avons posé trois questions à Rémy Auzanneau, directeur général d’Easydis et, depuis quelques mois, directeur logistique du groupe Casino.

S.L. : Quel est votre rôle en tant que directeur logistique du groupe Casino ?

« En juillet 2011, la direction logistique de Casino regroupe la logistique France de Leaderprice et la logistique Casino/Easydis sur le plan managerial. L’objectif de cette entité consiste à trouver des synergies à travers tous ces actifs pour créer de la valeur en amont tout en respectant la prestation de services des différents clients : Franprix, Leaderprice, Casino, Petit Casino. Voilà ma mission.
Il faut donc optimiser la logistique, mettre en place de nouveaux schémas de cross canal. Sur cet entrepôt de Gonesse dans le Val d’Oise (lire Stratégies Logistique n°133, ndlr), il y a du cross dock et de la préparation de commandes à destination des petits Casino de la région parisienne. Il y a aussi du cross dock de produits C Discount de moins de 30 kilos pour que les clients les retirent dans les magasins Franprix. C’est la logistique multicanal du groupe qui se met en place.
Cet entrepôt a pour vocation de préparer les commandes de Franprix et Leaderprice au Nord de la Seine. Auparavant, nous avions une logistique avec un entrepôt unique pour Franprix et un autre pour leaderprice. Aujourd’hui, la volonté est de travailler avec deux entrepôts miroirs dont un pour la région Nord et un autre pour la région Sud en sachant que nous avons rapproché les entrepôts de Paris de 80 km. »

S.L. : Quels sont vos projets en logistique et supply chain ?

« Nous sommes en train d’ouvrir un entrepôt à Wissous en région parisienne, le deuxième entrepôt produits frais miroir de celui de Gonesse. Il s’agit en fait de déployer des process aboutis de Casino pour en faire profiter les autres enseignes. Cela demande des outils de technologies de l’information. Franprix a une forte présence de magasins en province. Casino aussi. Nous voulons rapprocher les produits des lieux de vente pour leur éviter de faire des kilomètres inutiles.
L’entité logistique France a également pour mission d’organiser le transport, du départ du producteur jusqu’au linéaire. Nous disposons de 11 bureaux de transport en France organisant les synergies amont et aval. Le transport est un des grands chantiers de la grande distribution avec le poids grandissant de la fiscalité dans les années à venir : éco-redevances kilométriques ou taxe carbone. L’objectif est donc de remplir au mieux les camions. C’est pour cela que dès le 1er juillet 2011, nous avons créé un bureau régional transport Paris qui gère tout le transport amont et aval pour toutes les entités du groupe. Ainsi, nous n’achetons pas le transport sur une bourse d’achat mais nous contractualisons avec les transporteurs. Nous avons mis en place des plans de progrès, dont l’émission de CO2, obligatoire sur les factures au 1er juillet 2013, est un des critères.
Nous nous inquiétons également des capacités financières des transporteurs à renouveler les moyens de transport et nous les accompagnons dans cette démarche. L’émission de CO2 sera donc une donnée importante pour savoir comment nous pourrons aller plus loin ensuite. »

S.L. : Comment voyez-vous les conditions de travail dans les entrepôts aujourd’hui ?

« Sur les conditions de travail, nous avons développé deux axes : les chariots autolift où la palette se met à hauteur d’homme et s’abaisse au fur et à mesure de la préparation. Nous avons également mis en place des filmeuses automatiques cinq faces pour automatiser ces phases de travail.
Sur le volet préparation de commandes, nous travaillons sur un process totalement innovant qui sera finalisé en juin 2012. Il s’agit d’une aide visuelle couplée à l’assistance vocale que l’on a mis en place. Cela va au delà du pick to light. Ce nouveau système sera combiné à de la technologie de l’information pour réaliser des préparations de commande multi-clients et qui permettra d’éliminer 30% à 40% du dialogue vocal pour les préparateurs.
Nous avons un autre axe de travail pour les préparateurs dans les produits secs notamment. C’est un projet baptisé P80, pour programme 80 m3, pour mieux remplir les camions en tenant compte de la diminution de la hauteur de palettes. Depuis deux ans, nous travaillons avec un équipementier automobile (Altia) pour la mise en place d’un support spécifique à nous de 80 cm de haut et capable de recevoir une palette de 1,8 tonnes et très stable dans les camions. C’est un moyen efficace, certifié et validé pour obtenir des ensembles monoblocs de 2,4 m avec des supports qui ne dépassent pas 1,6 m. C’est également un process totalement innovant. »

Votre question

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Vous
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 191 - octobre / novembre 2021

Stratégies Logistique n°191 est paru.

Hors-série n° 19 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris et en ligne le jeudi 14 octobre 2021.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.