Accueil / Entreprise /

Covid-19 : Tous azimuts sur les masques et les visières

, par Stratégies Logistique

Face à la pénurie de masques, des filières industrielles s’unissent pour fabriquer des protections. 146 modèles ont été qualifiés à ce jour pour leurs propriétés filtrantes, fabriqués par 76 entreprises en France.

Ces masques de protection se divisent en deux catégories, selon la Direction générale des entreprises du ministère de l’Economie. La catégorie 1 est destinée aux « professionnels en contact avec le public » comme les policiers ou les caissières. Ils filtrent plus de 90 % des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns. La catégorie 2, elle, filtre 70 % des particules, ils permettent de « protéger l’ensemble d’un groupe portant ces masques et sans contact avec le public », à utiliser en complément des gestes barrière.

Toujours d’après Bercy, 146 modèles ont été qualifiés à ce jour pour leurs propriétés filtrantes, dont « 12 ont d’ores et déjà été certifiés lavables au moins 5 fois ». Pour une capacité de production quotidienne à court terme de 456 000 masques, la France serait donc en mesure de fabriquer 3,5 millions de masques à usage unique par jour. La Direction générale des entreprises a publié une liste des tests effectués.

Un défi sans précédent

Thibaut Guilluy, haut-commissaire à l’inclusion dans l’emploi et à l’engagement des entreprises, le haut commissaire a également lancé un groupement de PME du textile, d’entreprises d’insertion et d’entreprises adaptées comme APF France ou Log’ins (issue d’une joint-venture entre XPO Logistics et Ares).

« En faisant encore progresser leurs capacités de production ces prochains jours, notre industrie textile, les femmes et les hommes qui la composent relèvent un défi sans précédent dans notre histoire récente et démontrent leur capacité à s’adapter rapidement afin de servir toute la nation », a déclaré la secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher.

Initiatives dans toute la France

En effet, dès mi-mars, le CHU de Lille développait en laboratoire un masque en tissu, lavable et réutilisable, en partenariat avec le fabricant textile Lemahieu, spécialiste du sous-vêtement basé dans le Nord. L’objectif était non seulement de relancer la production de 3000 masques par jour en usine mais aussi de mettre à contribution des couturières bénévoles avec un kit « Garridou ». Près de 15 000 volontaires avaient répond à l’appel.

S’il ne remplace pas le masque jetable, le « Garridou », nommé ainsi en hommage à ses créateurs, « constitue un substitut acceptable pour les autres situations, hors des gestes de soins », souligne le CHU de Lille dans un communiqué. Des tests sont par ailleurs en cours sur des prototypes en tissus pour obtenir un niveau de protection similaire aux masques chirurgicaux jetables.

La collaboration entre Lemahieu et le CHU de Lille a fait naître une belle entraide entre plusieurs acteurs de la filière, pour la fourniture des matières premières et la logistique, comme Chronopost pour l’offre de livraison de colis, PTV Group pour les tournées de livreurs bénévoles, LMC groupe pour les emballages et la logistique ainsi que le pôle d’excellence Euralogistic.

De la start-up au géant

De la start-up spécialisée dans les masques anti-pollution comme Mask Generation en Picardie qui a mis au point un masque de protection antipollution aux propriétés ultra-filtrantes jusqu’au fabricant de pneus Michelin qui va produire des masques et des visières. Le Bibemdum va également utiliser ses compétences en impression 3D pour fabriquer des valves pour respirateurs, via un consortium avec Air Liquide.

En Auvergne-Rhône-Alpes, le collectif VOC-COV (Volonté d’Organiser Contre le COVid-19), monté par plusieurs industriels et chercheurs du bassin grenoblois pour unir leurs forces dans la lutte contre le Covid19, a par exemple lancé production d’une première série de 5 000 nouveaux masques réutilisables, rapporte La Tribune. Ces masques, de type FM (Face Mask) P1 ou P2, sont constitués d’une face souple, munie d’élastiques pour le maintien, et d’un filtre amovible réutilisable jusqu’à 20 fois avant de pouvoir être lavé.

Visières en impression 3D

Mais il n’y a pas que les machines à coudre qui tournent. Grâce à l’impression 3D, les initiatives se multiplient en France et en Europe pour produire des visières de protection à destination des soignants, en attendant une industrialisation du processus. Renault, Armor, Décathlon et BASF se sont à des universités et CHU, tandis que les fabricants d’imprimante 3D, comme Dagoma, rendent leurs plans accessibles aux particuliers. Le pôle d’excellence Euralogistic avait également aidé à industrialiser une visière produite près de Toulouse.

Le magazine et les hors-séries

Stratégies Logistique 183 - juin/juillet 2020

Stratégies Logistique n°183 est paru.

Supplément SIMI 2019

Téléchargez ce supplément consacré à l’immobilier logistique et au salon SIMI, qui s’est tenu à Paris du 11 au 13 décembre 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.

Hors-série n° 18 - Retail Chain

Téléchargez ce hors-série consacré à l’événement Retail Chain, qui s’est tenu à Paris le 10 avril 2019.

Cliquez ici pour télécharger ce hors-série.